rayhana

Mardi soir, le 14 janvier dernier, une comédienne algérienne a été aspergée de white spirit par des hommes et, miraculeusement, ne s'est pas enflammée, malgré la cigarette allumée qui lui a été jettée.

Si Dieu existe alors il a montré dans quel camp il se trouve : pas celui de ceux qui se permettent de supprimer des vies en son nom et qui montrent qu'une foi qui perd la raison devient folie destructrice.

En effet, quelles ont été les motivations de cette action criminelle ?

amonage

Parce qu'elle a écrit une pièce de théâtre où neuf femmes algériennes racontent dans l'intimité d'un hammam leur difficile vie en Algérie, pourrie par l'obscurantisme religieux et la violence politique.

C'est ainsi que l'on trouve (cf. dossier de presse) : des rires en rafale, un dentier oublié, un rêve de mariage étoilé, 8 grossesses imposées, le prix de la paix avec son homme, une marieuse pour fille vierge, le son de l'eau, une femme d'intérieur, un fils d'épicier à marier, un tremblement de terre, une terreur de souris, quatre limonades, une chanson d’amour, l’amour pour son homme, l'amour des hommes pour leur mère, une princesse mariée à 10 ans, un tronc d'arbre dans la main, un mari cocu, un certificat de virginité, les aboiements d'une belle mère, le mektoub de la belle fille, les rondeurs à cacher, un fils à l'asile, un autre stérile, une masseuse pétrisseuse, le fils de l'émigrée promis à marier, un frère vengeur du déshonneur de sa soeur, une mécréante et une pieuse, des brûlures à l'acide, des livres responsables / irresponsables, les fesses et le foulard de Dieu, un Imam assassin, le secours d'un hijab, le tajine et des cornes de gazelles, des langues qui se dénouent,
un poulailler en furie, un plombier cagoulé, la peste et le choléra, le viol d'un homme et un vol de cigarettes, des rires, 9 paroles, le sifflement d’une balle et le silence de Dieu….

Si Dieu existe alors que fera-t-il de ces fous violents ?

La pièce s'appelle "A mon âge, je me cache encore pour fumer". et se joue à la maison des Métallos à Paris (11ème), ce soir à 20 h 30, pour la dernière fois.

J'espère que le public sera nombreux.

Par ailleurs, les auteurs de ce lâche attentat doivent avoir en tête qu'ils sont en France et qu'ici la liberté d'expression existe. Ils ont le droit de s'exprimer mais ils ont le devoir d'accorder ce même droit aux autres.

Ils doivent aussi savoir que cette liberté d'expression permet de prendre position à l'égard de l'existence de Dieu (athéisme, agnosticisme). Elle va même jusqu'au droit de blasphémer, (cliquer sur le lien suivant pour apprécier quelques citations sur l'Eucharistie, acte majeur du culte de l'Eglise catholique romaine), c'est une des grandeurs de notre pays. On peut tout faire vis à vis des idées, même religieuses, par contre on se doit de respecter la vie des gens.

N'en déplaise à certains, l'Islam est une religion comme une autre et il existe (encore) une majorité de citoyens français pour considérer que la liberté d'expression des idées est un facteur de progrès.